Auteurs invités

Gisèle Bienne

Gisèle Bienne vit à Reims où elle anime des ateliers d'écriture pour adultes. Pendant douze ans, elle mène de front ses activités de professeur de lettres, peintre et auteur, puis elle se consacre essentiellement à l'écriture. De Marie-Salope, avec lequel elle fit son entrée en littérature, à Paysages de l'insomnie, Gisèle Bienne a publié une dizaine de livres pour adultes et, de Bleu, je veux au Cavalier démonté, huit romans pour les jeunes, en particulier les adolescents. Elle a obtenu deux prix littéraires. Elle collabore à diverses revues, travaille avec des photographes et rencontre volontiers ses lecteurs. Plusieurs de ses romans sont traduits à l'étranger, certains ont été adaptés au théâtre.

A lire sur la Grande Guerre
Paysages de l'insomnie, Castelnau-le-Nez, Editions Climats, 2004
Le cavalier démonté, Paris, L'école de loisirs, 2006
La ferme de Navarin (Cendrars), Paris, Gallimard (à paraître, janvier 2008)

Philippe Claudel

Né dans une famille prolétaire en 1962, élevé près de la Meurthe, Philippe Claudel est agrégé de français. Il enseigne à l'Université de Nancy, mais a aussi fait le choix de donner cours dans des prisons ou des centres pour handicapés.

Dans ses textes, à l'apparente simplicité, il tisse les destins de gens humbles, aux prises avec des drames obscurs, des conflits inachevés, des souffrances enfouies. Lorrain d'origine, il évoque souvent dans son ouvre le Nord de la France et une nature omniprésente.

Il a reçu divers prix comme le prix Marcel Pagnol et le prix France Télévision en 2000 pour son premier roman, Meuse l'oubli, qui traite du deuil amoureux. En 2003 il obtient le prix Goncourt de la nouvelle pour Les Petites mécaniques.

Le prix Renaudot 2003 vient récompenser Les Ames grises, très grand succès critique et commercial. Philippe Claudel devient en 2004, directeur d'une nouvelle collection de romans chez Stock, « Ecrivains », qui publie des textes d'écrivains sur le thème du vin. 

A lire sur la Grande Guerre
Meuse l'oubli, Paris, Balland, 1999
Les âmes grises, Paris, Stock, 2003
Trois petites histoires de jouets, Besançon, Virgile, 2004

Didier Daeninckx

Né en 1949, à Saint-Denis, Didier Daeninckx a exercé pendant une quinzaine d'années les métiers d'ouvrier imprimeur, animateur culturel et journaliste localier. En 1984, il publie Meurtres pour mémoire dans la « Série Noire » de Gallimard. Il a depuis fait paraître une trentaine de titres qui confirment une volonté d'ancrer les intrigues du roman noir dans la réalité sociale et politique.

Plusieurs de ses ouvrages ont été publiés dans des collections destinées à la jeunesse (Syros-Souris Noire, « Page Blanche » chez Gallimard, Flammarion). Il est également l'auteur de nombreuses nouvelles qui décrivent le quotidien sous un aspect tantôt tragique, tantôt ironique, et dont le lien pourrait être l'humour noir.

Il a obtenu de nombreux prix (Prix populiste, Prix Louis Guilloux, Grand prix de littérature policière, Prix Goncourt du livre de jeunesse...), et en 1994, la Société des Gens de Lettres lui a décerné le Prix Paul Féval de Littérature Populaire pour l'ensemble de son œuvre.

Didier Daeninckx travaille en tant que journaliste à amnistia.net, un quotidien en ligne d'information et d'enquêtes.

A lire sur la Grande Guerre
Le der des ders, Paris, Gallimard, coll.Folio, 1985
Varlot soldat, illustrations de Jacques TARDI, Paris, L'association, 1998
Le dernier Guerillero, Lagrasse, Éditions Verdier, 2000
Un petit air mutin, in : Le chemin des dames. De l'événement à la mémoire, N. Offenstadt éd., Paris, Stock, 2005

Roger Grenier

Roger Grenier passe son enfance à Pau et poursuit ses études de lettres à Clermont-Ferrand et à Bordeaux en gagnant sa vie comme maître d'internat. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, il a vingt ans. Ce bouleversement l'entraîne à Paris où, après la Libération, Albert Camus l'engage à Combat. Il entre ensuite à la rédaction de France-Soir, puis en 1964 aux éditions Gallimard, où il fait partie du célèbre comité de lecture. Il devient l'un des plus grands connaisseurs actuels de la littérature.

Son premier livre est un essai, le Rôle d'accusé, paru en 1949 chez Gallimard. Plusieurs romans se succèdent : les Monstres (1953), les Embuscades (1958), la Voie romaine (1960). Mais c'est dans le Palais d'hiver (1965) que s'affirme tout le talent de Roger Grenier pour décrire la société provinciale. Ciné-roman, situé à Pau lui aussi, obtient le prix Fémina 1972. Parmi ses essais, il faut notamment citer Regardez la neige qui tombe (1992) autour de l'écrivain qui lui est sans doute le plus cher et le plus proche, Tchekhov. Roger Grenier a reçu le Grand Prix de littérature de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre en 1985.

A lire sur la Grande Guerre
Le Palais d'hiver, Paris, Gallimard, 1965
Partita, Paris, Gallimard, 1991

Xavier Hanotte

Xavier Hanotte est né à Mont-sur-Marchienne, dans le Hainaut (Belgique) en 1960. Philologue, germaniste, il se lance dans la traduction d'œuvres néerlandaises (notamment Hubert Lampo, Ward Ruyslinck et, dernièrement, Maarten 't Hart). En littérature anglaise, il s'intéresse à l'oeuvre de Wilfred Owen (1893-1918). Professionnellement, il travaille un temps dans une maison d'édition juridique de la capitale puis finit par s'orienter vers la gestion de bases de données informatiques appliquées au marketing direct. En 1995, il publie chez Belfond, son premier roman, Manière noire (2000), qui introduit le personnage récurrent de Barthélemy Dussert. Il publie également des nouvelles, de la poésie et un essai, Création et traduction (éd. Christian Libens, Bruxelles, 2001).

Depuis le début de sa carrière littéraire, de nombreux prix ont couronné ses œuvres, particulièrement documentées d'un point de vue historique, et empreintes de ce que l'auteur lui-même appelle un réalisme magique.

A lire sur la Grande Guerre :
De secrètes injustices, Paris, Belfond, 1998
Derrière la colline, Paris, Belfond, 2000
Les Lieux communs, Paris, Belfond, 2002
L'Architecte du désastre, Paris, Belfond, 2005

Jean Rouaud

Jean Rouaud est né à Campbon (Loire-Inférieure) en 1952. Après des études de lettres à Nantes, Jean Rouaud exerce divers petits métiers avant d'écrire dans Presse Océan en 1978. Il quitte Nantes pour Paris, devient libraire, puis marchand de journaux dans un kiosque du 12e arrondissement. Son premier roman, Les Champs d'Honneur, évoque son enfance dans le magasin familial et la figure de son grand-père, soldat pendant la Première Guerre mondiale. Grand succès public, ce texte reçoit le prix Goncourt en 1990 et est traduit dans 25 pays. Des Hommes illustres, en 1993, poursuit cette exploration familiale par une évocation de son père, mort brutalement lorsqu'il avait 11 ans, tandis que Le Monde à peu près se concentre sur son adolescence dans les années 70. Le matériau autobiographique est au service d'une structure très travaillée, qui fait revivre de manière sensible et pleine d'humour le quotidien de gens modestes. Jean Rouaud vit désormais de sa plume à Campbon, en Loire-Atlantique, dans sa maison natale.

A lire sur la Grande Guerre
Les Champs d'honneur, Paris, Minuit, 1990
Les Champs d'honneur, Paris, Casterman, 2005 (bande dessinée)

Jean-Marc Turine

Jean Marc Turine est né à Bruxelles en 1946. Il vit et travaille à Bruxelles. Il est romancier, cinéaste, essayiste et a été aussi enseignant. Il est producteur tournant à France Culture depuis 1993 pour différentes émissions. Il a obtenu trois fois le Grand Prix de l'Académie Charles Cros de la parole enregistrée pour trois de ses productions discographiques. Il a réalisé plusieurs films documentaires et de fiction. L'écrivain belge a été invité par Marguerite Duras  à participer au tournage de Jaune le Soleil. De cette première rencontre est née leur amitié.

A lire sur la Grande Guerre :
Foudrol, Noville-sur-Mehaigne, Esperluète éditions, 2005